Matériel TTouch

Retrouvez toute notre gamme d'accessoires sur cette page.

Evénements Osmose

Venez fêter l’arrivée du printemps avec nous… Samedi 23 mars 2013
de 9h à 17h

Plus de détails ici

L'école des chiots

Les chiots peuvent quitter leur mère entre 7 et 10 semaines pour être adoptés. Le manque de toute communication avec les autres chiots et les chiens adultes est une perte considérable pour le développement de leur sociabilité. Vivre avec des humains est une bonne chose, indispensable pour le chien de famille, mais c’est insuffisant. Vivre avec des chiens est tout aussi indispensable au chiot que d’être entouré d’humains. Mais comment faire?

 

Rassembler les Chiots 

Il est impossible pour chaque famille d’adopter de nombreux chiens pour entretenir la socialisation du chiot avec ses congénères. Certains éleveurs font des “parties”, des fêtes et rassemblent les portées qui s’étaient éparpillées aux quatre points cardinaux. Mais ces rencontres occasionnelles ne sont pas suffisantes. Sans contact assidu ou contact hebdomadaire, les chiots perdent leurs compétences sociales.

 

Les cours de récréation 

Pouvoir rassembler les chiots deux fois par semaines pendant une à deux heures dans des lieux protégés, clôturés, pour leur permettre de s’ébattre est une opportunité extraordinaire. Non seulement ils pourront courir, mais ils auront aussi l’occasion de se familiariser à de nombreux types de chiens, d’âges distincts et de diverses races. Les chiots qui ne côtoient que certaines races canines de même gabarit ne s’accoutument pas aux autres morphologies de chiens et développent parfois des comportements d’agressions ou de craintes face à eux. 

En effet, un boxer n’a pas le même faciès qu’un Golden Retriever, un chien très foncé sera plus difficile à comprendre qu’un chien claire dont les mimiques faciales seront plus évidentes, un Am’Staf n’aura pas la même façon de jouer qu’un caniche ou encore un Saint-Bernard sera plus grand et moins éveillé qu’un Berger Belge par exemple. Toutes ces différences sont importantes pour le chien, c’est pourquoi il très important de le confronter à ses différents congénère dès son plus jeune âge. De cette manière, nous mettons toutes les chance de notre côté pour en faire un chien sociable et à l’aise avec tous les types de chiens…

 

Des chiens adultes dans l’école des chiots 

Cependant et c’est une erreur éducative fréquente, laisser des chiots s’ébattre seuls sans contrôle est maladroit. Une chienne ne laisse pas ses chiots seuls très longtemps. La meute est toujours présente à proximité des chiots. Et les adultes interviennent pour régler les conflits et imposer à tous un contrôle des mouvements et des morsures. Voilà pourquoi la présence d’un chien adulte pour 5 à 10 chiots est très utile, pour autant qu’il soit un « bon éducateur ».

 

Qu’entend-on par un chien « bon éducateur » ? 

Le chien adulte bon éducateur est celui qui s’amuse, ne s’énerve pas, est patient et tolérant mais ferme en même temps. Il corrige les chiots un par un, les retourne sur le dos, sait les calmer. Les chiots le respectent et se soumettent, l’approchant avec une posture basse ou se retournant spontanément à son arrivée. Mais dès que soumission et allégeance ont été faites, le chiot et le chien adulte jouent ensemble. Le chiot peut même souvent inventer et diriger le jeu.

 

Socialiser - habituer 

Dans cette ambiance de fête et de jeu, les chiots seront socialisés non seulement aux chiens mais aussi aux personnes, aux divers milieux et leurs nombreux stimuli variés. Ils seront habitués progressivement aux bruits des voitures, aux bicyclettes, aux bruits crépitants de billes dans une boite en fer, aux explosions de pétards et de pistolets d’enfants. Après un apprentissage de la tolérance de la laisse, des balades en ville permettent une habituation précoce aux bruits, odeurs et animations urbaines. Des balades à la campagne habitueront les chiots aux animaux de la ferme, excellente prévention contre la chasse à la volaille et à l’agression irraisonnée contre vaches et chevaux. 

Un chiot habitué à des environnements variés sera plus apte à gérer toute modification imprévisible dans son environnement d’adulte. Raison pour laquelle nous vous encourageons à sortir un maximum avec votre chiot…

 

L’école des ados 

L’école des chiots se poursuit par celle des chiens plus grands. Avant d’entrer dans l’âge adulte, le chiot passe par l’adolescence, période de crise par excellence. À ce moment, plus encore qu’à tout autre, le jeune chien devient querelleur, houspille les adultes, challenge le statut de dominant et de ce fait, se fait réprimander. Lorsque cette situation se présente, il est très important de laisser faire… afin que l’adolescent puisse prendre note de ses erreurs et rectifier son comportement ultérieurement… 

En effet, c’est grâce à la réprimande que le chien juvénile apprend à utiliser les postures de soumission qu’il a apprises étant chiot. La posture de soumission stoppe l’attaque d’un chien adulte. Après plusieurs conflits perdus, l’adolescent fait l’économie de futurs combats. A ce moment seulement, l’envie de houspiller les dominants le reprendra. Si on empêche que le combat se termine, il n’y aura ni vainqueur ni vaincu. 

En fait, il y aura deux gagnants ! Le chien adolescent gagne le conflit et comprend que la présence d’un humain est synonyme de victoire. Dès lors le combat suivant sera plus intense et le suivant pire encore, jusqu’à ce qu’aucune posture ne parvienne plus à résoudre le conflit. Il se peut alors que les combats aient pour seule issue… la mort !

 

Choisir une école d’éducation 

Nous vous conseillons tout d’abord de faire un premier passage « de reconnaissance », sans votre chien. 

Si à votre arrivée, vous entendez crier ou si les ordres sont donnés à forte voix, partez ! Un chien est tout a fait capable d’obéir à une voix normale, si les instructions sont claires et qu’il comprends ce que vous attendez de lui… 

Si l’école que vous visitez correspond à ce premier critère et que l’éducateur parle avec une voix normale et intelligible, intéressez-vous aux techniques de travail (d’éducation). Est-ce que tout le monde s’amuse ? Est-ce que la technique utilisée est le jeu et la récompense ? Les corrections (qui sont nécessaires) sont-elles contrôlées, efficaces et faites au bon moment par l’éducateur… ?